Globelogocameroon
Recherche personnalisée

Accueil Deutsch Sciences Culture Société Photos/Vidéos Faits divers Prénoms Archives
Faits divers
Accueil
Deutsch
Sciences
Culture
Société
Photos/Vidéos
Faits divers
Prénoms
Archives
 Santé : L’épidémie de choléra se propage dans le Nord
 
De nouveaux cas sont signalés dans le département du Mayo Louti.

85 malades enregistrés, 15 décès (10 à domicile et 5 dans les formations hospitalières). Tels sont les derniers chiffres communiqués par les autorités sanitaires de l’Extrême Nord s’agissant de l’épidémie de choléra déclarée dans cette région. Joint au téléphone dans la soirée d’hier par Mutations, le chef du district de santé de Maroua urbain Dr Dayang qui se trouvait dans la suite du délégué régionale de la santé publique Rebecca Djao, a affirmé que le nombre de cas est augmentation, car un nouveau foyer d’épidémie a été découvert à Amtchidé, dans l’arrondissement de Kolofata, département du Mayo-Sava. C’est dans cette localité que dix nouveaux cas ont été enregistrés.
Ce qui a fait passé le total de malades de 75 à 85. Toutefois, rapporte t-on, les populations d’Amtchidé, n’auraient pas cédé à la psychose. Hier était jour de marché et elles se sont rendues sur les lieux comme à l’accoutumée. Les risques de propagation du choléra sont cependant élevés dans ce coin limitrophe du Nigeria, pays où sévissait déjà l’épidémie. C’est dans le district de Bourha (département du Mayo Tsanaga) que l’épidémie de choléra s’est déclarée.
 Selon ce médecin, les populations des localités touchées par l’épidémie préfèrent boire l’eau des mares ou des rivières au lieu de celle des forages qu’on y trouve pourtant. Suivant les explications du Dr Dayang, l’eau infectée de la rivière Mubi qui coule jusque dans le Mayo Oulo (département du Mayo-Louti, région du Nord) aurait déjà fait d’autres victimes. L’heure est à la sensibilisation des populations pour éviter que d’autres personnes meurent des suites de choléra, signale t-on. Dans le même sillage, le Dr Rebecca Djao, déléguée régionale de la santé publique de l’Extrême Nord, dans une interview accordée à Cameroon tribune, mardi dernier a rassuré sur la riposte des pouvoirs publics : "Dés que nous avons été notifiés par le district concerné par le premier cas, les équipes de la région sont allées sur le terrain pour apporter le renfort. Dans leurs bagages, il y avait des médicaments, les solutés et du chlore pour traiter des points d’eau. (…) Les districts de santé ont tenu des réunions de crise avec les autorités administratives et traditionnelles pour pouvoir mener à bien les actions de sensibilisation…"
Oktobre 2009 ©Mutation




Impressum