Globelogocameroon
Recherche personnalisée

Accueil Deutsch Sciences Culture Société Photos/Vidéos Faits divers Prénoms Archives
Société
Accueil
Deutsch
Sciences
Culture
Société
Photos/Vidéos
Faits divers
Prénoms
Archives

Samuel Eto’o Fils : Diamant, noir et tueur
Le vice soulier d’or de la Liga nouvellement milanais, vient de braver un autre obstacle au cours de sa riche carrière.C’est désormais clair, Samuel Eto'o Fils est Milanais. En signant hier son contrat avec L’Inter Milan, le leader du Calcio la saison écoulée, le «Pichichi» a tiré un trait, à 28 ans, sur sa belle aventure avec le Fc Barcelone. Une épopée qui lui a valu quantité de lauriers: Deux fois champion d’Europe, trois fois champion d’Espagne, une fois Pichichi de la Liga, deux fois vice soulier d’or de ladite compétition et deux fois vainqueur de la coupe du roi. A chacun de ces sacres, l’avant-centre international camerounais a fait cavalier en solitaire au moins sur les deux tiers de la saison, en tête des buteurs de la Liga. Ce qui a fait dire à plus d’un chroniqueur sportif du quotidien espagnol El Mundo que le «diamant noir est un tueur». 

Après quatre saisons avec son Barça, Fils, comme certains de ses fans l’appellent, Eto'o Filsdépose donc malgré lui, ses valises à Milan dans un contexte d’humiliation qui aurait pu déprimer des esprits faibles. Mais lui, l’enfant de New-Bell, ce quartier des plus singuliers de Douala, la capitale économique du Cameroun, a su résister à toutes les formes d’adversité. Il aura ainsi affronté celle liée à la fatigue de son organisme et particulièrement, de ses jambes trois fois blessées au cours des trois dernières années. Des accidents de parcours qui l’ont éloigné d’une autre couronne de Ballon d’or africain en 2007. Une distinction qu’il a gardée quatre années consécutives.

Contre l’enfant de Nkom dans la Sanaga-Maritime également, les accrochages quasi réguliers entre ses entraîneurs successifs et lui. Mais également son agression sur le journaliste camerounais Philippe Bonney, l’année dernière. Des crises qui, comme celle avec Frank Rijkaard, au cours de la saison 2007, lui ont restitué sa force de caractère, son talent et sa combativité. Un peu comme aujourd’hui avec ce départ assorti d’une augmentation substantielle de salaire (de 07 à 11 millions d’Euros par an, sans compter bonus et autres primes). Mais un départ dans la douleur de ce que plus d’un fan considère comme la trahison. Et pour cause, attendu au regroupement de début de saison en vue de l’actuelle tournée du club au Royaume Uni, l'ancien élève du Lycée Mongo Joseph de New-Bell à Douala, n’a pas été admis. A la place, Pep Guardiola lui a demandé sans le voir, de ne rejoindre le groupe que sept jours plus tard. Le 27 juillet 2009 notamment.

Une période suffisante pour accroître les pressions en lui donnant la possibilité de boucler les pourparlers pour son nouveau club. Malheureusement pour la direction du Barça dont la volonté d’humiliation du Lion indomptable est manifeste, la conclusion de tout ce feuilleton pour Samuel Eto’o Fils lui est bénéfique à plus d’un titre. Un joli pied de nez pour Pep Guadiola et le président Laporta donc. Eux qui ont poussé le bouchon mercredi, jusqu’à vouloir troquer Ibrahimovic contre Hleb en plus de 75 millions d’Euros. Preuve de la détermination des dirigeants du Fc Barcelone à mettre en difficulté leur jusque là sociétaire. Ils ont oublié l’admiration de José Morinho pour le Pichichi et partant de la horde de courtisans constituée depuis de nombreuses années de Abramovitch (richissime président du club anglais Chelsea) qui plus d’une fois, à l'intersaison, n'entendait pas faire l'économie de son chéquier.

Mais aussi, il y a le Real Madrid. Ramon Calderon, son président aura tenu lui aussi plus d’une fois, à enrôler Samuel Eto'o quitte à se séparer de Fabio Capello car Eto'o était à chaque début de saison perçu comme le pilier autour duquel allait se bâtir à nouveau un grand Réal. Un club qui n'a jamais cessé de regretter le fait de n'avoir pas donné sa chance à ce jeune africain, débarqué chez les «Galactiques» à 16 ans à peine, et qui, sûr de son talent si précoce, ne cachait pas que son potentiel lui permet de mériter une place de titulaire dans cette constellation des stars. A cette époque, il avait été jugé impétueux. Un immense joueur et professionnel du ballon rond qui a fait dire sa surprise à Zinedine Zidane à la lecture du classement du Ballon d’or de France Football 2006. Lui qui estimait que le quadruple ballon d'or africain n'était pas à sa place au 6e rang des meilleurs joueurs du monde. Thierry Henry, son coéquipier au Barça ne disait-il pas de lui, bien avant, que s’il était appelé « Etodhino », il aurait été sacré ballon d’or ?

Humblement, l'un des meilleurs joueurs de football de la planète avait reconnu qu'il ne méritait pas vraiment de passer avant Samuel, comme on l’appelle simplement dans la planète du football, au vu de sa saison 2006 couronnée par une victoire en Champions League et un deuxième titre consécutif de champion d'Espagne. Des résultats auxquels il a amplement participé en sa qualité de meilleure buteur du club mais également en se sacrifiant comme arrière droit lors de la demi-finale de Champions League contre le Milan Ac. Preuve avec Vigny que «le pouvoir a beau terroriser le savoir, le diamant survit toujours aux nations éteintes».

Palmarès
Vainqueur de la Champions Leage en 2006 et 2009 (Fc Barcelone)
Vainqueur de la Coupe d'Afrique des Nations en 2002, 2000 (Cameroun)
Vainqueur des Jeux Olympiques en 2000 (Cameroun)
Vainqueur de la C1 en 2006, 2009 (Fc Barcelone)
Vainqueur de la Super Coupe d'Espagne en 2006 (Fc Barcelone)
Champion d'Espagne en 2005, 2006, 2009 (Fc Barcelone)
Meilleur buteur du Championnat d'Espagne en 2006 (Fc Barcelone)
Vainqueur de la Coupe d'Espagne en 2003 (Real Majorque), 2009 (Fc Barcelone)
Finaliste de la Coupe des Confédérations en 2003 (Cameroun)
Finaliste de la Coupe d'Afrique des Nations en 2008 (Cameroun)
  
Léger Ntiga
Juillet  2009 ©Mutation




Impressum