Globelogocameroon
Recherche personnalisée

Accueil Deutsch Sciences Culture Société Photos/Vidéos Faits divers Prénoms Archives
Société
Accueil
Deutsch
Sciences
Culture
Société
Photos/Vidéos
Faits divers
Prénoms
Archives

“ Et si Dieu n’aimait pas les Noirs ? ” (*) Une entreprise de démolition de l’image de l’Eglise

Les motivations réelles et cachées des auteurs du livre qui dénonce le racisme et les problèmes de mœurs au cœur du Vatican.

    Auteurs de “ Et si Dieu n’aimait pas les noirs ? Enquête sur le racisme aujourd’hui au EgliseVatican ”, publié en 2008, Serge Bilé et Audifac Ignace déclarent être habités par la seule  volonté de voir les choses changer dans l’Eglise catholique :

“ Parmi les choses qu’il faudra changer, il y a la composition du collège du conclave, où les cardinaux européens se taillent la part du lion. Ils représentent en effet aujourd’hui la moitié, non seulement des votants, mais aussi des candidats éligibles à la succession de Saint-Pierre ”. C’est pourquoi ils plaident pour “ une réforme devenue (…) impérative, pour permettre l’émergence prochaine d’un pape noir, ou asiatique, ou sud-américain, afin que cette Eglise (…) assume et vive enfin réellement sa dimension universelle ”. 

 

Dénonciations et accusations

Audifac Ignace que nous avons personnellement rencontré en mai 2009 pour comprendre l’objectif visé par l’ouvrage a ajouté : “ Nous voulons informer, rendre compte de ce qui plaît et de ce qui ne plaît pas dans les comportements et attitudes de ceux qui dans l’Eglise vont à l’encontre du message proclamé par Jésus-Christ. Notre livre n’est pas une arme contre l’Eglise catholique. Je suis chrétien catholique ”, avait-il conclu. A la question de savoir si la meilleure façon de dénoncer, pour le chrétien catholique qu’il est, consiste à raconter des témoignages de prêtres africains défroqués, mendiants et sans papiers ; des religieuses africaines présentées comme prostituées, de plonger dans la généralisation tous azimuts et d’accuser le pape et la curie romaine de racisme et de discriminations, Audifac Ignace est resté sans voix. Mais n’a pas cru devoir relativiser l’affirmation selon laquelle “ les prêtres africains, en poste ou de passage au Saint-Siège se disent discriminés ”. Comme si tous les prêtres africains  étaient systématiquement victimes de discrimination quand ils sont en poste ou à leur passage au Saint-Siège.

L’ouvrage qui compte 132 pages parle beaucoup de violence physique et morale, de crimes, de sexe, d’adultère, de violation de vœux de chasteté et de célibat, de mensonges, d’hypocrisie, de mépris, de propos racistes et de haine contre les Noirs dans l’Eglise catholique. Les auteurs reconnaissent paradoxalement qu’il y a eu dans le passé de grands théologiens africains et surtout trois papes Noirs originaires de l’Afrique du nord. A savoir Victor 1er dont le pontificat s’étendit sur dix ans (189-199), Miltiade (ou Melchiade, de 311 à 314) et Gélase 1er (492-496). Ce dernier est né à Rome de parents africains. Dieu est amour. Il aime toutes ses créatures, tous les hommes de toutes les nations et de toutes les races, compris les Noirs.

Pourquoi donc parler de l’avènement d’un pape noir et notamment africain comme s’il n’y en avait jamais eu ? Au point de ressusciter une littérature indigeste annonçant tantôt “ l’avènement d’un pape noir ” comme étant le “ prélude à l’Apocalypse ” et tantôt comme quelque chose de “ certainement possible ” qui n’apporterait “ pas de changements spectaculaires ”. Que de préjugés !

A travers des faits réels ou supposés, des intrigues récoltées dans les couvents et les couloirs du Vatican, des scandales connus de pédophilie ayant impliqué des prêtres aux Etats-Unis, le mariage de l’archevêque zambien Mgr Milingo avec une adepte de la secte Moon, tout se passe comme si le but non avoué des auteurs de l’ouvrage est de noircir l’image de l’Eglise catholique romaine, de diaboliser le Saint-Siège, le pape, les cardinaux, les archevêques, les évêques, les prêtres, les religieux et religieuses et l’ensemble des fidèles laïcs de l’Eglise catholique.

 Détracteurs de l’Eglise catholique

A qui profite un tel ouvrage qui, loin de corriger les mœurs en riant, nourrit la haine contre les successeurs de Saint-Pierre, leurs collaborateurs et surtout contre l’Eglise catholique qui est une institution divine ? Pour qui roulent les auteurs de “ Et si Dieu n’aimait pas les Noirs ? ”. Les détracteurs de l’Eglise catholique dont les églises dites réveillées et les églises évangélistes qui comptent parmi les grands lecteurs des ouvrages de Serge Bilé ont-ils soutenu la plume des gladiateurs ?

Quelle que soit la religion d’un intellectuel ou son athéisme, il est soumis à la loi naturelle et à loi morale naturelle, qui est de servir la vérité et d’en témoigner.

Elle fait appel aux catégories de la pensée et demande l’alliance de la raison et de la foi. L’intellectuel catholique a une double obligation de témoin de la vérité. Il témoigne de la vérité révélée à laquelle il engage sa foi et il témoigne aussi de la vérité objective et concrète. En tenant compte du fait que la dignité de l’homme doit être défendue dans le sens de la défense de la Gloire de Dieu. Sans chercher à blesser l’autre, ni à l’humilier ni même à le juger. On peut dénoncer des pratiques et comportements tout en faisant preuve de décence et de respect pour les personnes et l’institution qu’elles représentent. Le catholique intellectuel unit raison et foi dans sa démarche intellectuelle et dans sa vie de foi.

 (*) Serge Bilé, Audifac Ignace, Et si Dieu n’aimait pas les Noirs ? Enquête sur le racisme aujourd’hui au Vatican, Toulouse, Pascal Galodé éditeurs, 2008, 132 pages.

 Edmond Kamguia K.  
Juin 2009 ©La nouvelle expression




Impressum