Globelogocameroon
Recherche personnalisée

Accueil Deutsch Sciences Culture Société Photos/Vidéos Faits divers Prénoms Archives
Culture
Accueil
Deutsch
Sciences
Culture
Société
Photos/Vidéos
Faits divers
Prénoms
Archives
 Bandenkop : Le nouveau chef  Francis Homsi au trône


Le 14è successeur de la dynastie Bou’agang a pris ses fonctions samedi dernier.

Dans un boubou de grands jours, de couleur blanche, Sa Majesté Francis Homsi Feze, a soulevé la nombreuse foule venue lui témoigner son soutien. Des hommes et des femmes qui auront découvert, au cours de l’intronisation du nouveau chef supérieur Bandenkop, organisée le 17 octobre dernier à Bandenkop, que derrière le visage frêle de l’heureux élu, se cache une multitude de projets. Après neuf semaines passées au La’akam, lieu d’initiation à la gestion du pouvoir traditionnel, S.M Homsi s’est métamorphosé pour devenir ‘‘chef’’. Plus de 8.000 personnes s’y sont donné rendez-vous. Un moment de joie et de communion entre un peuple et son roi dans un groupement de près de 18.000 âmes, situé près de Baham.
 «Si le 11 juillet [date des obsèques du défunt, Ndlr] nous étions tous effondrés par la disparition de notre bien-aimé, S.M Feze Ngandjong, aujourd’hui c’est un jour rayonnant d’espérance, qui s’est levé sur notre village», se félicite Abraham Chekem sous-préfet de Santa et par ailleurs président du comité de supervision de la sortie de S.M Homsi du La’akam. De nombreuses personnalités ont répondu à l’appel des Bandekop. Il y a d’abord des membres du gouvernement, Jean Nkueté, Madeleine Tchuinté, Michaël Ngako Tomdio, Maurice Kamto etc. Tout comme l’on reconnaît, ensuite, de nombreux autres chefs traditionnels de l’Ouest, à l’instar de leurs majestés Kaleu Mongoué de Babouantou et David Simeu de Bapa, qui se sont chargés de l’encadrement de S.M Homsi, âgé aujourd’hui de 18 ans.

Projets
Il y a, enfin, le maire de Bangou, Rosette Marie Mboutchouang [mère de Chantal Biya] : «Quant à vous, majesté, votre dynamique et loyal défunt père a porté son choix sur vous. Vous devez mériter cette confiance, en assumant avec tact et manière vos attributions traditionnelles et administratives», lui a recommandé le préfet des Hauts-Plateaux, Joseph Tangwa Fover. Le temps n’est plus aux pleurs pour regretter la disparition du défunt chef. Son successeur a déjà une idée de ce qui l’attend : «Les jeunes qui n’ont pas de travail en ville ont l’obligation morale de rentrer ici. Il y a de la place pour tout le monde dans l’agriculture, l’élevage et le commerce. Nous transformerons la terre de nos ancêtres en paradis terrestre. J’ai la conviction que cela est possible», projette S.M Francis Homsi Feze. Avant d’ajouter : «Très rapidement, je voudrais que nous mettions en place une coopérative agro-pastorale, en vue de faciliter l’acquisition collective des intrants agro-pastoraux et la recherche des meilleurs débouchés pour nos produits». L’assistance applaudit à tout rompre.

La délégation du Comité central du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc) est conduite par le vice-Premier ministre, ministre en charge de l’Agriculture et du développement rural, Jean Nkueté. Ce dernier ne manque pas de courtiser un chef dont on sait que le défunt père, Marcel Feze Ngandjong, était militant convaincu de l’Union des populations du Cameroun (Upc) jusqu’au dernier souffle. «Je voudrais adresser au jeune chef supérieur les chaleureuses et militantes félicitations du président national et du Sg du Comité central du Rdpc…Ces félicitations s’étendent aussi au vaillant peuple Bandenkop qui, au fil du temps, s’est bâti la réputation d’un peuple travailleur et endurant. Un peuple dont le militantisme pour le Rdpc est avéré et se passe de commentaire». Les discours militants n’enlèvent rien à une fête belle jusqu’au bout. De temps en temps, on se souvenait que le 18 mai 2009, le groupement Bandenkop (chefferie traditionnelle de 2ème degré) était en deuil. Le 12ème et 13ème roi dudit groupement, S.M Feze Ngandjong, venait de quitter la scène des suites de maladie. Il était revenu de son exil d’Europe de l’Est en 1983, pour reprendre le trône qu’il avait abandonné pendant 28 ans.
Michel Ferdinand
Oktobre 2009 ©Mutation




Impressum